EPERNAY (Marne). Le dynamisme économique au féminin en Champagne-Ardenne : le rapport de l'Insee, publié cette semaine, est éloquent. Les femmes sont « moins souvent cadres, moins souvent chefs d'entreprise » que les hommes. Seules trois femmes en activité sur cent sont chefs d'entreprise. En 2006, 7 600 Champardennaises déclaraient exercer le métier de chef d'entreprise, soit 3,1 % des emplois de femmes (3,7 % au niveau national). Les deux tiers de ces entreprises relèvent des services aux particuliers et du commerce. Mères de famille et chefs d'entreprise, des femmes témoignent de la difficulté à concilier vie familiale et activité professionnelle. Les femmes restent minoritaires dans la création d'entreprise, avec un projet mis en place sur trois.

Audrey Marlé et Virginie Richoux… A 36 et 28 ans, elles font partie de ces rares femmes chefs d'entreprise. Elles reconnaissent qu'il n'est pas toujours facile d'être une femme dans un monde d'hommes…

SUR 1 000 Champardennaises en activité, 31 se déclarent chef d'entreprise (Source Insee Champagne-Ardenne).

« Je ne regrette pas mon choix. Je ne regrette surtout pas de l'avoir fait avant de fonder ma famille. » Audrey Marlé, 36 ans, aujourd'hui maman d'un enfant de trois ans, reconnaît qu'il « n'est pas évident de concilier le travail et la vie de famille, surtout lorsqu'on est chef d'entreprise ».

La jeune femme a créé sa propre entreprise « Evenementiel » à Villers-sous-Châtillon, spécialisée dans l'organisation d'événements d'entreprise et en décoration, le 31 décembre 2000. « Les débuts ont été difficiles. Je n'avais pas pignon sur rue. Il a fallu me faire connaître, me faire une place. Les trois premières années ont été rudes ». Aujourd'hui, Audrey Marlé est à la tête d'une petite entreprise dont le carnet de commandes ne désemplit pas. Elle emploie 4 à 5 salariés en vacation, selon les commandes.

« C'est beaucoup plus compliqué depuis que j'ai eu un enfant », reconnaît-elle. « Mes journées sont assez sportives. Je n'ai pas d'horaires. Il faut gérer… Je me suis lancée à 25 ans. Je ne sais pas si aujourd'hui j'aurais le courage de recommencer ».

A la tête de 15 personnes

A 28 ans, Virginie Richoux est à la tête d'une jeune entreprise de services à la personne, « A'Domicile », près de Dormans. Ancienne élève de l'école d'infirmière d'Epernay, la jeune femme s'est lancée en 2007. Elle emploie aujourd'hui 15 personnes.

« Je voulais aider les autres, mais pas en tant qu'infirmière, » explique Virginie. « J'ai choisi de créer ma propre entreprise de services (ménage, repassage, garde à domicile…). Ça n'a pas été évident les 6 premiers mois. J'étais la seule salariée…

En décembre, j'avais déjà embauché 5 personnes. »

Maman d'une petite fille de 5 mois, Virginie Richoux apprend aujourd'hui à concilier sa vie de famille et son rôle de chef d'entreprise.

« C'est difficile. Il faut jongler. Les horaires ne sont pas simples, mais c'est mon choix. Je ne regrette rien. »

Particularités champardennaises

En 2006, 285 700 Champardennaises (Sources Insee 2006) ont été recensées comme « actives », dont 65,9 % âgées de 15 à 64 ans. Un taux comparable à celui des femmes de province (66,2 %)… Néanmoins la région se situe dans le dernier tiers des régions françaises, loin derrière l'Ile-de-France (71,3 %).

Particularité champardennaise :

les femmes actives sont « moins diplômées » qu'ailleurs. Après la Picardie, la Champagne-Ardenne est la deuxième région de France où la part des diplômées du supérieur est « moins élevée ». Parmi les Champardennaises nées en 1975, seules 38 % détiennent un diplôme supérieur au baccalauréat. C'est 5 points de moins que la moyenne de France de province.

Autre particularité : les Champardennaises, « moins souvent cadres » sont aussi « moins souvent chefs d'entreprise ». Seules trois femmes en activité sur 100 sont chefs d'entreprise. Elles sont 7 600 dont 3 200 sont artisans, 3 900 commerçantes et 500 dirigent une entreprise de plus de 10 salariés. Les deux tiers des entreprises dirigées par ces femmes relèvent des services aux particuliers et du commerce.